vendredi 13 mai 2022
Bpifrance Le Lab et Rexecode ont présenté la nouvelle édition de leur baromètre trimestriel sur la trésorerie, l'investissement et la croissance des PME, basé sur les réponses d'un panel de 2 158 dirigeants de TPE/PME entre le 14 et le 26 avril 2022.

Sur les 3 derniers mois, la situation de trésorerie des PME/TPE s'est légèrement dégradée par rapport au trimestre précédent, et les prévisions pour les 3 prochains mois sont encore peu favorables. "Les hausses de coûts subies par de nombreuses TPE/PME semblent peser de plus en plus sur leur trésorerie. Celle-ci reste toutefois jugée à un niveau plutôt confortable en moyenne".
Les délais de paiement restent inchangés sur le trimestre.

68 % des PME ont eu recours aux organismes de crédit pour financer leur exploitation courante (- 1 %). Parmi elles, seules 16 % des entreprises ont rencontré des difficultés d'accès au financement (+ 2 %).

Les projets d'investissement sont en recul, 55 % des dirigeants prévoyant d'investir en 2022 (- 4 % par rapport aux prévisions du trimestre précédent). Les principales dépenses d'investissement concernent le renouvellement et/ou la modernisation des équipements et installations. L'introduction de nouveaux produits ou services et l'extension de la capacité de production sont ensuite également cités. Les investissements en lien avec l'environnement (économies d'énergie, recyclage...) continuent leur progression (35 %, + 1 point).
Le recours au crédit bancaire pour le financement des investissements est en baisse (75 %, soit - 3 %), et 18 % des entreprises rencontrent des difficultés d'accès au crédit d'investissement (+ 3 %).

Les difficultés de recrutement sont toujours un des principaux freins à la croissance (à 56 %, - 1 point), les coûts et les prix trop élevés progressant fortement (39 %, + 7 points).

72 % des répondants rencontrent des difficultés d'approvisionnement (- 1 point), ce qui limite fortement l'activité de 22 % des PME/TPE (+ 7 points). 70 % des dirigeants jugent qu’elles se sont intensifiées au cours des 3 derniers mois et 43 % pensent que cela durera au moins 1 an.

Un focus sur les difficultés d'approvisionnement et les hausses de prix dans le contexte de guerre en Ukraine montre que 22 % des dirigeants s'attendent à ce que le conflit affecte leur activité directement via leurs activités en Ukraine ou en Russie. Les principaux impacts concerneraient la hausse des prix de l'énergie (79 %), des intrants non énergétiques (72 %), les problèmes d'approvisionnement (72 %).
Pour 15 % des entreprises, leur consommation de gaz naturel représente plus de 5 % des consommations intermédiaires.

61 % des dirigeants prévoient d'augmenter leurs prix de vente en 2022, de 5,2 % en moyenne (contre 3,8 % d'envisagé en février). Ces hausses sont majoritairement pratiquées en répercussion de la hausse des prix des intrants hors énergie ou énergétiques. Ceux qui ne le prévoient pas le justifient par l'intensité de la concurrence (54 %) et la forte pression des donneurs d'ordre (39 %).
55 % prévoient d'augmenter les salaires de leurs collaborateurs (+ 5 % par rapport au trimestre précédent).
44 % anticipent une dégradation de leur marge nette (+ 10 %). Près d'1/3 des entreprises font face à un besoin de reconstitution de leurs fonds propres.

Un point sur le Prêt Garanti par l'Etat (PGE) révèle que sur les 59 % de répondants ayant obtenu un PGE, 54 % en a déjà utilisé la majorité ou la quasi-totalité du montant. 14 % l'ont déjà remboursé dans son intégralité. 9 % craignent de ne pas être en mesure de le faire (chiffre stable). 78 % comptent amortir la totalité du prêt sur plusieurs années.

Source(s) :

Trésorerie, investissement et croissance des PME / TPE - Baromètre trimestriel / Bpifrance Le Lab, Rexecode .- in : site Bpifrance Le Lab, 11/05/2022, 25p. - En ligne sur le site de Bpifrance Le Lab