mercredi 13 janvier 2021
Une enquête a été menée par plusieurs associations de professionnels réunis autour de la Commission nationale des titres-restaurants (CNTR), auprès des restaurateurs et commerçants habilités à collecter les titres-restaurants. Sur les 2686 réponses collectées, près des trois quart proviennent de restaurateurs et 23 % émanent des artisans bouchers-charcutiers-traiteurs.

85 % des répondants acceptent des titres-restaurant, et 83 % les titres dématérialisés. Les principaux motifs de refus évoqués sont les taux de commission trop importants (74 %) et la trop grande complexité de la facturation (27 %).

Concernant le remboursement, 57 % connaissent la possibilité de choisir leur délai de remboursement pour influer sur les taux de commission. Ainsi, 54 % utilisent le circuit de remboursement lent (21 jours) pour réduire le taux de commission (à partir de 1,5 % tarif public), et choisissent l'option « avance de trésorerie » avec une conservation longue des titres. Un tiers des professionnels utilisateurs bénéficie par ailleurs d'un tarif négocié, soit via son organisation professionnelle, son groupe, ou par un autre biais.

Le paiement par titres-restaurant ne représente pas une part importante du chiffre d'affaires global des entreprises (moins de 10 % du CA global pour deux tiers des répondants.

Source(s) :

Titres-Restaurant : le mécontentement des artisans face aux commissions des émetteurs .- in : Boucherie française (La) [http://www.boucherie-france.org/accueil], 01/10/2020, 1p.
TITRES-RESTAURANTS : Le sondage qui explique le frein à la dématérialisation .- in : Auvergnat de Paris (Le), 22/10/2020, 2p. - En ligne sur le site de L'Auvergnat de Paris