lundi 12 septembre 2022
L'ObSoCo a réalisé, en partenariat avec la Fondation Jean Jaurès, une étude sur le rapport des Français à l'alimentation, comme illustration des évolutions sociétales de la population.
Il étudie les raisons et modalités de l'accentuation des ruptures avec le modèle alimentaire issu de la société industrielle, la façon dont le rapport des Français à l'alimentation se recompose, et les défis à relever sur les terrains de la fracture sociale et de la citoyenneté.

Il met en lumière la volonté croissante de contrôle de l'alimentation, exacerbée par des exigences de plus en plus fortes en matière de durabilité et de soutenabilité (écologique, sociale) du modèle alimentaire, faisant s'ajouter aux attentes liées au goût, à l'innocuité et à la santé des dimensions plus éthiques et responsables.

45 % des Français semblent avoir amorcé une "transition alimentaire", accélérée par la crise sanitaire, et qui peut prendre plusieurs formes : le "manger mieux" ou sain, la pratique du fait maison, l'alimentation bio, le "manger local et direct producteur", la réduction de la consommation de viande (rouge), le "manger moins". Le rapport identifie ainsi plusieurs profils engagés dans la transition alimentaire : les "hédologistes" (21 %), les "mangeurs 'sans'" (10 %), les "militants" (8 %) et les "solutionnistes" (6 %). 6 % sont réfractaires, 12 % sont désimpliqués et 36 % restent des "consommateurs traditionnels".

Source(s) :

La France à table : tensions et mutations autour de notre rapport à l’alimentation / ObSoCo (L'), Borel Simon, Gault Guénaëlle .- in : Fondation Jean Jaurès, 01/09/2022, 36p. - En ligne sur le site de la Fondation Jean Jaurès