jeudi 11 mars 2021
L'Union des industries textiles (UIT) a fait réaliser par le cabinet Cycléco une étude comparative sur l'empreinte carbone de 17 pièces de textile d'habillement (pantalons, chemises, tee-shirts, maillots de bain, chemisiers, jupes, cuissards, vestes, manteaux) et de linge de maison (nappes et rideaux), avec la méthode d’Analyse du Cycle de Vie (ACV).

L'étude fait ressortir que la France a diminué, entre 2005 et 2015, ses émissions de C02, en raison de la baisse de l'industrie manufacturière française.

Cependant, cette désindustrialisation a entrainé une exportation de ces émissions vers d'autres pays ayant une énergie plus carbonée.

La France ne produit en effet que 2,5 % des vêtements qu'elle consomme (2,5 % en volume et 5 % en valeur), l'essentiel des importations provenant d'Asie. L'étude évalue à 54 kg d’équivalent CO2 l'empreinte carbone d'un kilo de textile consommé en France (avec 95 % de production importée) en 2019, tandis qu'un kilo de textile produit en France ne génère que 27,7 kg d’équivalent CO2. Plus de plus de 70 % de l’empreinte carbone des articles textiles concerne les phases industrielles (filature, tissage / tricotage et ennoblissement).

4 grands moyens d'action permettant de diminuer l'empreinte carbone sont envisagés : l'amélioration du mix électrique, la diminution des invendus, les efforts d'éco-conception, l'amélioration de la fin de vie (réutilisation / recyclage).

Source(s) :

Evaluation de l’empreinte carbone du secteur textile en France / Cycléco, Payet Jérôme .- in : site UIT, 13/01/2021, 28p. - En ligne sur le site de l'UIT - Union des Industries Textiles

Fabriquer en France permet de réduire l'empreinte carbone du textile .- in : UIT, 28/01/2021 - En ligne sur le site de l'UIT