lundi 10 mai 2021
La crise sanitaire du Covid-19 a frappé de plein fouet les T3P (transports publics particuliers de personnes, principalement taxis et VTC).

L'institut économique Stacian dresse un état des lieux du marché des T3P avant la crise, qui avait alors atteint sa maturité après une décennie marquée par le développement des VTC et des plateformes de mise en relation des chauffeurs et des clients. Entre 2014 et 2018, le nombre de véhicules-kilomètres en VTC a été multiplié par 2,2 en France. L'étude souligne les problématiques liées à ce développement : impact environnemental, congestion urbaine, modèle économique et concurrence, conditions de travail et niveaux de revenus des chauffeurs de VTC.

L'étude met en lumière la stabilisation du marché avant la pandémie en s'appuyant sur différentes données (nombre de licences de taxis [ADS : autorisation de stationnement], valeur des transactions sur les ADS, effectifs salariés des taxis et VTC, ratio des déplacements en taxis et VTC, candidatures aux examens de taxis et VTC).

La crise sanitaire du Covid-19 a bouleversé le secteur, qui a constaté à Paris un recul de 40 % de l'activité pour les taxis, sans doute plus pour les VTC. La demande pourrait être durablement affectée, notamment en raison du redémarrage tardif de l'activité aérienne (qui ne devrait retrouver son niveau de 2019 qu'à partir de 2024-2027), de l'augmentation de la part du télétravail, de la diminution structurelle du tourisme et des voyages d'affaires, ainsi que du recul de la population à Paris et en petite couronne. De nouvelles évolutions des modes de transports en métropole, et une moindre place accordée à la voiture, pourraient influer également sur la demande de T3P.

Source(s) :

Le marché des taxis et VTC parisiens et la pandémie Covid-19 / Stacian .- in : Stacian, 06/04/2021, 26p. - En ligne sur le site de l'UNIT (Union nationale des industries du taxi)