lundi 14 juin 2021
Une mission a été confiée au CGAAER (Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux) sur les produits "locaux", dans un contexte de demande de produits locaux en forte croissance, que ce soit de la part des ménages ou de la restauration collective, notamment suite à la crise du Covid-19.
Le rapport de mission s'appuie sur 97 auditions, et réalise un focus sur les villes de Nîmes et Paris, ainsi que sur les départements de la Charente-Maritime et du Gard, et sur 4 Etats membres de l'Union européenne (Allemagne, Espagne, Italie, Pologne). Il dresse une évaluation du phénomène, recense des initiatives, les attentes autour du produit local, la demande des ménages et de la restauration collective publique.
Il souligne la difficulté, en l'absence de définition, de caractériser la notion de produit alimentaire local. Il voit dans ces produits un facteur de reterritorialisation de l'alimentation, de stabilisation des revenus des producteurs impliqués, mais réfute le lien de causalité entre le caractère local du produit et ses qualités nutritionnelles, ainsi que leur action positive sur la durabilité environnementale des systèmes alimentaires.

Cinq recommandations sont émises :
  • l'élaboration d'un guide de bonnes pratiques pour l'utilisation du terme "produit alimentaire local"
  • le transfert des adjoints gestionnaires en charge de la restauration collective de l'Etat vers les conseils départementaux et régionaux, pour les collèges et lycées
  • l'actualisation du guide "Localim" et l'organisation d'une campagne de sensibilisation et de formation à son utilisation
  • "permettre aux produits agricoles et alimentaires acquis dans le cadre d’un projet alimentaire territorial (PAT) de satisfaire aux objectifs prévus au I de l’article L.230-5-1 du code rural et de la pêche maritime (article 24 de la loi EGAlim)"
  • "Porter au niveau européen l’introduction d’une modification des règles de la commande publique pour permettre aux pouvoirs adjudicateurs, dans le cadre d’un marché public, de faire référence à une origine ou à une provenance déterminée dans la limite de 30 % du montant des produits frais alimentaires du marché".

Source(s) :

Les produits locaux / CGAAER, Dedinger Patrick, Parant Marie-Frédérique, Ory Xavier .- in : CGAAER, n° 20074, 01/01/2021, 75p., (Rapport) - En ligne sur le site du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation