vendredi 07 janvier 2022
La Banque de France a mandaté l'institut CSA pour mener une enquête auprès de 1 000 dirigeants d'entreprises de moins de 50 salariés (dont 96 % de TPE), à partir d'un questionnaire de l'OCDE, sur leurs comportements, attitudes et connaissances financières, leurs attentes, leurs leviers de satisfaction et les pistes d'amélioration. L'enquête leur attribue un score final de culture financière de 12/17, les plus petites entreprises ayant des résultats moindres.

9 dirigeants sur 10 possèdent un compte dans une banque physique, la part de ceux ayant un compte dans des établissements en ligne étant beaucoup plus faible. 91 % ont des comptes strictement séparés pour leur ménage et leur entreprise.
Les produits financiers les plus connus sont l'assurance responsabilité civile, le découvert bancaire et le prêt bancaire, devant l'assurance perte d'exploitation et le crédit-bail ou location-vente. D'autres produits sont également bien connus mais peu utilisés (le micro-crédit, les titres cotés en Bourse, les escomptes de factures) tandis que d'autres ont un déficit de notoriété (financement participatif, capital investissement, affacturage, produits dérivés).
Le processus de choix des produits financiers de l'entreprise est variable : si un peu plus d'1/4 des dirigeants examine plusieurs options de différents prestataires, près d'1/3 n'examine aucune option.

Ils sont majoritairement aidés dans leurs décisions financières par leur comptable ou expert-comptable (58 %), loin devant les intermédiaires financiers (27 %) ou l'entourage (23 %). Les dirigeants sollicitent majoritairement de l'aide pour la comptabilité (47 %). 52 % confient la tenue de celle-ci à quelqu'un d'autre. Pour 1/3 des dirigeants, elle est tenue au format électronique.
L'enquête porte également sur le financement de la retraite personnelle, la stratégie en cas de vol, les comportements financiers (marqués par une forte importance accordée à la protection des données).

L'autoévaluation de leurs connaissances et attitudes financières révèle qu'un dirigeant de petite entreprise sur 2 considère ses connaissances financières comme moyennes. Leurs connaissances s'avèrent en réalité plutôt bonnes, alors que peu de dirigeants ont reçu une éducation financière formelle.

Un focus sur l'impact du Covid-19 sur les petites entreprises révèle que le niveau de dettes était plus faible avant la crise pour un dirigeant sur 2. Avec la crise, la part des dirigeants disposant d'un site web d'entreprise a un peu progressé (46 %, soit + 3 %), et les signatures de contrats de financement entièrement en ligne augmentent (7 %, soit + 4 %).
Le télétravail s'est développé (mais en conservant une part très faible dans 54 % des petites entreprises), les autres pratiques numériques progressant très légèrement.
Plus d'un dirigeant sur 2 témoigne d'un impact global négatif de la crise sanitaire (surtout sur les bénéfices et le CA), 40 % des entreprises ayant été confrontées à un manque de rentrée d'argent. 26 % ont demandé un nouveau prêt et une part importante a eu recours aux mesures gouvernementales (surtout le fonds de solidarité et les reports de charges sociales).

Source(s) :

Enquête sur la culture financière des entrepreneurs / Banque de France, Institut CSA, EDUCFI .- in : Banque de France, 13/12/2021, 46p. - En ligne sur le site Mes questions d'entrepreneur