mardi 22 juin 2021
Les conflits de valeurs qui font partie intégrante des facteurs de risques psychosociaux au travail sont en progression.
40 % des actifs occupés sont peu ou pas exposés aux conflits de valeurs. Parmi cette catégorie, on retrouve notamment les coiffeurs et esthéticiens, les ouvriers qualifiés du textile et du cuir, les bouchers-charcutiers-boulangers ou les ouvriers qualifiés du second oeuvre et du gros oeuvre du bâtiment.

60 % des actifs occupés sont, en revanche, exposés à ces conflits de valeurs :
  • 18 % vivent des conflits éthiques mais ont les moyens de travailler, parmi lesquels on distingue les artisans et les ouvriers artisanaux
  • 12 % accusent une insuffisance de moyens mais sont fiers de leur travail utile et bien fait 
  • 11 % jugent leur travail inutile mais ont les moyens pour bien le faire
  • 8 % estiment que leur travail manque de sens et de qualité : les ouvriers des industries graphiques y sont représentés
  • 11 % sont confrontés à un cumul de conflits de valeurs.
15 % des indépendants sont peu ou pas exposés aux conflits de valeurs, 12 % sont confrontés à des conflits éthiques mais ont les moyens de travailler.

"Les salariés les plus exposés aux conflits de valeurs et à leur cumul déclarent plus fréquemment une santé physique et mentale dégradée."

Source(s) :

Conflits de valeurs au travail : qui est concerné et quels liens avec la santé ? / DARES, Beque Marilyne .- in : DARES Analyses, n° 27, 27/05/2021, 8p. - En ligne sur le site de la DARES