mardi 02 mars 2021
Bpifrance Le Lab et Rexecode ont présenté la nouvelle édition de leur baromètre trimestriel sur la trésorerie, l'investissement et la croissance des PME, basé sur les réponses d'un panel de 1 728 dirigeants de TPE/PME entre le 2 et le 12 février 2021.

Sur les 3 derniers mois, la situation de trésorerie des PME/TPE s'est améliorée, même si l'indicateur de tendance de la trésorerie reste sensiblement inférieur à son niveau pré-crise ; les prévisions pour les prochains mois sont mitigées, 55 % des PME anticipant une stabilisation de leur situation au cours des 3 prochains mois, et 9 % une amélioration. 71 % des dirigeants estiment que les délais de paiement des clients sont stables (+ 4 points par rapport à l'édition précédente) tandis que ceux vis-à-vis des fournisseurs reculeraient légèrement.

70 % des PME ont eu recours aux organismes de crédit pour financer leur exploitation courante (- 3 %). Parmi elles, seules 16 % des entreprises ont rencontré des difficultés d'accès au financement (+ 3 %).

Les projets d'investissement sont en progression, 55 % des dirigeants souhaitant investir en 2021 (contre 41 % au trimestre précédent). Les principales dépenses d'investissement concernent le renouvellement et/ou la modernisation des équipements. L'introduction de nouveaux produits ou services est le troisième motif d'investissement cité.
Le recours au crédit bancaire pour le financement des investissements est en recul (73 %, soit - 5 %), et 18 % des entreprises rencontrent des difficultés d'accès au crédit d'investissement (+ 1 %).

En lien avec la crise sanitaire, le niveau de la demande reste le principal frein à la croissance, pour 50 % des entreprises (- 10 %), devant les difficultés de recrutement (38 %) et le niveau de concurrence (32 %).

Le baromètre comporte un focus sur l'impact de la crise sur la situation financière et le financement des entreprises.
61 % des PME ayant demandé un prêt garanti par l'Etat (PGE) l'ont fait pour constituer des liquidités de précaution. 68 % n'ont utilisé qu'une minorité du prêt ou ne l'ont pas utilisé du tout. Ils sont 60 % à envisager d'amortir la totalité de leur PGE sur plusieurs années, et 72 % pensent utiliser la durée maximum.
55 % des dirigeants de TPE/PME estiment que le niveau d'endettement de leur entreprise a augmenté au cours de la crise et pour 14 %, ce niveau exerce une contrainte forte pour le développement de leur entreprise, tandis que 54 % jugent cette contrainte inexistante.
La majorité des dirigeants (53 %) déclare que leur niveau de fonds propres reste stable ou s'accroît depuis la crise et 60 % n'envisagent pas de changer leur(s) mode(s) de financement à la suite de la crise. Un dirigeant sur 5 envisage toutefois un recours plus important au financement bancaire. 2 dirigeants sur 5 sont prêts à ouvrir leur capital en cas de besoin de financement d'un développement marqué.

Source(s) :

Trésorerie, investissement et croissance des PME - Baromètre trimestriel / Bpifrance Le Lab, Rexecode .- in : site Bpifrance Le Lab, 25/02/2021, 22p. - En ligne sur le site de Bpifrance Le Lab