jeudi 01 avril 2021
Le baromètre ISM-MAAF sur l'artisanat dans l'animation des villes et des centres-bourgs souligne le rôle moteur du secteur dans l'animation commerciale des communes.

Les secteurs de l'alimentation (boulangeries, pâtisseries, boucheries, charcuteries, poissonneries), et certaines activités des services (coiffure, soin de beauté, cordonnerie...) en animent l'offre commerciale.

Entre 2017 et 2019 (avant la crise sanitaire de la Covid-19), le commerce de quotidienneté affichait un développement contrasté : "croissance des secteurs de l'alimentation, fragilisation des emplois de l'artisanat des services et du commerce non alimentaire, liée à la concurrence du e-commerce ou au développement des services à domicile". Sur cette même période, la boulangerie artisanale a créé plus d'emplois salariés que les hypermarchés et supermarchés.

Le taux d'équipement des communes en services de coiffure ou d'instituts de beauté progresse entre 2014 et 2019, en raison du déploiement d'activités à domicile. "En revanche, le nombre de communes équipées d'une boulangerie-pâtisserie ou d'une boucherie-charcuterie continue de s'étioler".

L'emploi salarié artisanal est en recul dans de nombreux départements notamment dans les zones en perte de population (Bourgogne Franche-Comté, Centre Val de Loire, sud du Massif Central).

Des disparités entre les villes concernant l'équipement en artisanat du quotidien sont constatées. Les villes les moins bien dotées sont souvent des petites villes de banlieue d'agglomération, dont certains quartiers prioritaires (QPV) sont éligibles à la politique de la ville.

 

Source(s) :

L'artisanat dans l'animation des villes et des centres-bourgs / ISM, MAAF .- in : ISM, 29/01/2021, 4p., (Baromètre de l'artisanat)

En savoir plus :

en contactant l'ISM  : c.elie[@]infometiers.org