jeudi 17 décembre 2020
Une enquête réalisée à l'automne 2020 auprès de 50 000 sociétés de 10 salariés et plus (5 salariés ou plus pour le commerce de détail) pour mesurer l'impact de la crise de la Covid-19 sur l'activité des entreprises et leur organisation révèle que 34 % des sociétés ont suspendu leur activité au printemps 2020 durant le premier confinement. 19 % ont alterné ouverture et fermeture.

En moyenne, la fermeture a duré 57 jours. En septembre, seules 1 % des sociétés sont toujours fermées, en grande majorité des entreprises de moins de 50 salariés, dans la restauration (20 %), le commerce de détail (14 %), l'hébergement (13 %) et les travaux de construction spécialisés (11 %).
Plus de 4 sociétés sur 5 ont subi une baisse d'activité de 10 à 50 % par rapport à 2019 et 6 % ont vu leur activité augmenter. L'évolution de l'activité a aussi été impactée par la baisse de la demande en France (66 %), les problèmes d'approvisionnement (58 %), les difficultés logistiques de transport et de livraison (50 %), les problèmes de trésorerie (34 %).
84 % des entreprises ont fait appel à une ou plusieurs des mesures d'urgence mises en place par le gouvernement dès le mois de mars 2020. Le recours au chômage partiel est la mesure la plus sollicitée (70 %), devant le report des échéances sociales (53%) et le PGE - prêt garanti par l'Etat (41 %). 22 % des entreprises de 5 à 9 salariés du commerce de détail ont eu recours à l'aide de 1500 € en faveur des TPE.

Les entreprises, pour répondre aux contraintes sanitaires, ont dû modifier leur offre. Les retraits de produits se sont accompagnés d'innovations, 41 % des entreprises ayant proposé de nouveaux produits ou services à la place (dans l'industrie textile par exemple, avec la fabrication de masques). Les petites entreprises du commerce de détail ont plus souvent innové en enrichissant leur offre que les plus grandes entreprises. 62 % des entreprises ayant modifié leur offre pensent poursuivre dans cette voie. La réorganisation a également touché les aspects logistiques, avec un développement de la vente en ligne, de nouveaux systèmes de livraison ou de commercialisation (vente directe, passage par une plateforme collaborative).
Les relations avec les partenaires ont été fragilisées, surtout dans les plus petites entreprises (10 à 49 salariés) et réorganisées.
La mise en place de gestes barrières a eu un impact direct sur le chiffre d'affaires des sociétés (en moyenne, de l'ordre de 3 %). 44 % des effectifs ont bénéficié du chômage partiel et 40 % des sociétés ont déployé le télétravail.

Source(s) :

L'impact de la crise sanitaire sur l'organisation et l'activité des sociétés / INSEE, Duc Cindy, Souquet Catherine .- in : INSEE Première, n° 1830, 10/12/2020, 4p. - En ligne sur le site de l'INSEE