vendredi 18 juin 2021
Le baromètre de l'artisanat ISM/MAAF évalue l'impact de la crise sanitaire sur les emplois salariés et non salariés.

Il révèle que l'emploi salarié a mieux résisté dans l'artisanat (+ 1,7 % par rapport à 2019) que dans l'ensemble du secteur privé (- 2 %). Toutes les régions sont concernées par la hausse, même si celle-ci est moins marquée en Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté, Bretagne et Centre Val de Loire.
L'artisanat du BTP (malgré l'arrêt des chantiers lors du 1er confinement) et de l'alimentation portent cette hausse, tandis que les effectifs sont stables dans les services et la fabrication. Les pertes les plus fortes sont enregistrées dans les transports (- 4 %), la coiffure et les soins esthétiques (- 2 %).
Globalement, les embauches ont reculé de 8 % en 2020, mais sont restées dynamiques en 2020, à l'exception du second trimestre et de la période du premier confinement.

La dynamique entrepreneuriale s'est également maintenue (+ 1 % au global), notamment dans le BTP et l'artisanat de fabrication. On constate une baisse d'activité des micro-entrepreneurs au 1er semestre 2020 (- 12 % de chiffre d'affaires), en particulier dans les activités de taxis-VTC (- 57 %) et de la coiffure/esthétique (- 32 %). Leurs revenus avant-crise étaient déjà deux à six fois moins élevés que ceux des travailleurs indépendants du régime classique. Ils sont pourtant de plus en plus nombreux et désormais majoritaires dans un certain nombre de secteurs (artisanat de fabrication, activités de service), même si la part de projets dormants reste élevée.