lundi 20 septembre 2021
Une enquête menée par le Céreq fin 2020 auprès de 20 entreprises (dont 10 % ont moins de 20 salariés) disposant de leurs propres organismes de formation, analyse les effets de la crise sanitaire du Covid-19 sur leur activité.

L'impact est variable en fonction de différents critères : le secteur, la clientèle, la taille d'entreprise ou son implantation. Pour protéger l'emploi, 2/3 des entreprises ont eu recours au chômage partiel, d'autres ont dû anticiper la fin des contrats d'intérim ou CDD et bloquer l'embauche d'apprentis. Les TPE et les PME ayant eu des difficultés d'accès aux dispositifs de soutien, le rôle de l'expert-comptable ou du service comptabilité a été décisif en la matière.

La formation continue n'a pas été une priorité pendant la période de crise. Les 3/4 des entreprises ont gelé leur plan annuel de formation, tel que défini fin 2019 ou début 2020. "La mise à l'arrêt de la formation continue par ces entreprises au plus fort de la crise peut s'expliquer par le fait qu'elles ont la possibilité de la faire redémarrer à la demande, grâce à leur propre organisme de formation. Le binôme qu'ils forment leur a offert des avantages réciproques pour affronter les effets de la récession." Le fait d'être adossé à une entreprise a été vécu comme une condition de survie pour une grande partie des organismes de formation.
La crise sanitaire a également accéléré la digitalisation de leurs formations.

Source(s) :

L’impact de la crise sanitaire sur les entreprises et leurs organismes de formation / Romani Claudine .- in : Céreq Etudes, n° 36, 02/07/2021, 104p. - En ligne sur le site du Céreq