lundi 19 juin 2017
Le Céreq a étudié, dans le cadre d'une commande du Commissariat général au développement durable (CGDD), les politiques de verdissement de ces dix dernières années dans différents secteurs d'activités économique dont le bâtiment, "puis s'est interrogé sur les infléchissements à apporter pour mieux accompagner le développement d'approches écoresponsables."

L'état des lieux réalisé dans le secteur du bâtiment "a abouti à la mise en évidence de nombreuses controverses qui s'organisent autour d'une opposition entre approches énergétiques et réductionnistes et approches écologiques et holistiques."

 L'étude s'articule autour de quatre parties :
  • le contexte institutionnel (la qualification RGE, les réglementations et les labels s'appliquant aux constructions, les normes s'appliquant aux consommateurs),
  • le panorama des associations [associations d'institutions(pôle de compétitivité, cluster, PTCE, ALEC), associations citoyennes et professionnelles),
  • la dynamique des associations tournées vers les innovations sociales et organisationnelles (la démarche d'autoconstruction, l'implication de l'association des responsables de copropriété...), des associations valorisant l'usage de bio ou géo-matériaux (le RFCP avec la paille ; le chanvre, la terre crue et la pierre sèche),
  • les enjeux de la certification professionnelle (le programme FEEBAT, les titres professionnels).

Source(s) :

Transition écologique et énergétique. L'apport des associations d'écoconstruction au verdissement du secteur du bâtiment / CEREQ, Kalck Paul .- in : Céreq, 07/04/2017, 171p., (Céreq Etudes, Numéro 8) - En ligne sur le site du Céreq